La Fêtes des Lumieres

Publié le par siryll

Le week-end dernier  nous sommes allés, comme chaque année, à la Fêtes des Lumières ou appelé  les illuminations du 8 Décembre.

Cette année le spectacle était grandiose et nous avons eu de la chance car il ne pleuvait pas, il n’y avait pas de vent. Juste un peu froid.

Mais avant de vous montrer quelques photos, voici un bref résumé de son origine :

 

La ville de Lyon vénère la Vierge Marie depuis le Moyen Âge et s'est mise sous sa protection en 1643, année où le sud de la France était touché par la peste : les échevins de Lyon, le prévôt des marchands et les notables firent alors vœu de rendre hommage chaque année à la Vierge si l'épidémie de peste cessait. Et Lyon fût épargné par ce fléau.

Depuis, chaque 8 septembre (jour de consécration de la ville à la Vierge), un cortège solennel municipal se rend à la basilique Notre-Dame de Fourvière depuis la Cathédrale Saint-Jean chaque pour offrir cierges et écus d'or.

En 1850, quelques notables lyonnais et fervents catholiques  propose l’élaboration  d’une magnifique vierge en bronze, doré à l’or, de 5,60m et pesant 6 tonnes. Ce projet est accepté par le cardinal de Bonald. L'inauguration de la statue aurait dû avoir lieu le 8 septembre 1852, jour de la fête de la nativité de la Vierge et date anniversaire du vœu des échevins de 1643. Mais une crue de la Saône aurait empêché qu'elle fût prête ce jour-là et que la cérémonie s'effectuât. L'archevêché, en accord avec la commission des laïcs, choisit alors de reporter l'inauguration à la date du 8 décembre (date de la fête de l'Immaculée Conception de la Vierge).

Les jours qui précèdent l'inauguration, tout est en place pour les festivités : la statue doit être illuminée par des feux de Bengale, on prévoit des feux d'artifices depuis le haut de la colline et des fanfares vont jouer dans les rues. Les notables catholiques lyonnais proposent d'illuminer les façades de leurs maisons comme cela se fait traditionnellement pour les grands évènements (entrées royales, victoires militaires...).

Mais voilà que, le 8 décembre au matin, un violent orage s'abat sur Lyon. Le maître des cérémonies décide aussitôt de tout annuler et de reporter les réjouissances nocturnes au dimanche suivant. Puis, finalement, le ciel se dégage et la population lyonnaise qui avait tant attendu cette cérémonie, d'un geste spontané, illumine ses fenêtres, descend dans les rues et quelques feux de bengale allumés à la hâte éclairent la statue et la chapelle de Notre-Dame-de-Fourvière (la basilique n'existe pas encore). Les Lyonnais chantent des cantiques et crient "Vive Marie !" jusque tard dans la nuit.

Chaque année les lyonnais recommencent et d’année en année, devant l’engouement des gens, la fête a pris de l’ampleur pour devenir  ça :
















Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article