A mon petit chat

Publié le par siryll

Depuis la création de ce blog, j’avais décidé de ne pas mettre d’article et de sujet trop personnel.

Mais ce week-end il m’est arrivé un événement très soudain et cela m’ayant bouleversé j’ai décidé de faire une exception : Mon chat Zéphyr nous a quitté brutalement, emporté par un épanchement pleural.

Dimanche, 29°C dans l’appart il avait du mal a respiré et haletait, Pensant qu’il avait un coup de chaleur on l’a rafraichit, mis sur le marbre de la cage d’escalier mais comme cela ne changeait rien on l’emmena aux urgences vétérinaires pas bien loin de la maison. Apres auscultation et mise sous oxygène, le diagnostique tombe : épanchement pleural. Mais il était peut-être trop tard car pendant la ponction, alors que je le tenais dans mes bras pour le calmer et l’aider a respirer l’oxygène que je lui donnais, son petit cœur a lâché et mon Zéphyr nous a quitté, dans mes bras.

 

On avait recueilli ce petit chat abandonné en septembre 2001 et après une petite visite chez le veto pour un bilan de santé nous apprenons que c’est un petit mâle européen, né aux alentours du 15/08/01, en bonne santé avec toutefois un très léger souffle au cœur.




Apres réflexion il échappe au nom de "Asclépios", le dieu de la médecine chez les grecs, pour prendre le nom de "
Zéphyr", le dieu du vent d'ouest ou du nord-ouest.




S’ensuivie 8 ans de belle vie (ou du moins on fît tout pour).

Et même si avoir un animal domestique entraine certaine contrainte, notre Zéphyr ne nous posât aucun probleme. Dés son arrivé dans la maison il se dirigea dans sa caisse pour faire ses besoins, pas un seul meuble ou canapé abimé, voyageant avec nous dans toute la France sans jamais être malade en voiture.

 



Bien sur, et je l’avoue, je pestais un peu après lui quand sur les routes du sud, sous la chaleur et dans les bouchons il miaulait pour nous dire qu’il avait chaud. Ou quand il retournait dans sa litière juste après que je l’ai nettoyé.

Maintenant qu’il nous a quitté, je me rends compte à quel point je tenais à lui, et quel place il occupait dans ma vie.

Le matin il m’attendait patiemment à la sortie de la douche pour avoir ses croquettes et restait avec moi jusqu’à ce que je parte au travail. Lorsque je me posait devant la TV, il venait pour se coucher et s’endormir sur mes genoux et si je me préparais pour me coucher il miaulait jusqu’ à ce que je sois dans le lit et venait se blottir contre mon ventre ou carrément sur moi. Ou encore ses roulades sur le dos, sur le coté et ses petits miaulement plaintifs de petit chat martyrisé en "pleures" pour obtenir un peu de thon ou de l’olive verte lorsque l’on en avait au repas

Beaucoup de gens vont dire, et avant j’aurais été le premier, "ce n’était qu’un chat". Et bien non maintenant je ne peux plus dire ça. Il était un membre à part entière de notre famille. Un membre qui voulait que l’on s’occupe de lui, qui venait se coller à vous juste pour sentir votre présence, qui venait vous chercher pour jouer….




 

Alors mon Zéphyr je te fais une dernière caresse et me console en me disant que tu ne souffre plus et que tu as surement recommencé une autre de tes 9 vies.

 

Tu me manques.




Commenter cet article

PATRICK HENIN 18/08/2009 07:18

Cher Syrill,Quel article émouvant.Je ne sais pas si ça se fait mais je te présente mes sincères condoléances pour Zéphyr.Il était très beau et très mignon.Seules les personnes qui n'ont pas d'animaux peuvent dire que "ce n'était qu'un chat".Un chat, bien plus qu'un chien, puisque souvent, il vit avec son maître, est plus qu'un animal de compagnie, c'est un compagnon, un proche à qui on se confie, même si l'on pense qu'il ne comprend pas.Tu l'as bien mis en valeur par les photos et par ton article.Très cordialement.